Holy Pascha 2006 (French)

Nº d'ordre: 1220

 

THÉODORE II

 

PAR LA GRÂCE DE DIEU PAPE ET PATRIARCHE D'ALEXANDRIE ET DE TOUTE L'AFRIQUE,

À TOUT LE PEUPLE DU TRÔNE APOSTOLIQUE ET PATRIARCAL D'ALEXANDRIE,

QUE NOTRE DIEU, SAUVEUR ET RÉDEMPTEUR JÉSUS-CHRIST, QUI EST RESSUSCITÉ DES MORTS, LEUR ACCORDE LA GRÂCE, LA PITIÉ ET LA PAIX.

«Car de la mort à la vie, de la terre jusqu'au ciel, Christ-Dieu nous a fait monter.»

Chers enfants du Christ, bien-aimés et bénis,

 

Christ est ressuscité!

 

Nous fêtons aujourd'hui la lumineuse Résurrection  du Seigneur et nous nous réjouissons, tout comme «les disciples furent alors remplis de joie en voyant le Seigneur» (Jean 20,20). Avec nous se réjouit également l’épouse du Christ, l’Église, en vénérant la Croix et en louant et glorifiant la sainte Résurrection., car c’est par celle-ci qu’est accomplie la révélation divine. La Résurrection du Seigneur tue la mort ; elle libère l’Homme du piège de l’obscurité et de l’usure ; enfin, elle est la preuve du grand amour que Dieu a pour l’Homme. Par le grand mystère de son incarnation, par son sacrifice volontaire et par sa Résurrection, Dieu nous absout de la chute de notre ancêtre Adam, nous délivre du péché et nous appelle auprès de Lui, dans son royaume éternel, à la place qui appartient à l’Homme en tant que créature « à l’image et selon la ressemblance » du Créateur.

 

Nous fêtons aujourd’hui ce message de la Résurrection ; la lumière qui jaillit du Saint Sépulcre illumine nos âmes et les guide sur le chemin de la renaissance, de l’immortalité et de l’éternité. C’est pour cette raison que Pâques constitue la « fête des fêtes et réjouissance des réjouissances », le plus grand et plus important jour, que nous fêtons spirituellement et non mondainement, modestement et non avec excès. Cependant, pour participer à cette fête au sein de la communauté en Christ, nous devons adresser à tous le salut donné par le Sauveur, après sa Résurrection : « Paix à vous. » Si nous ne ressentons pas en nous la force de cette salutation, nous n’avons pas compris pourquoi le Dieu qui s’est fait Homme s’est sacrifié : par la paix et le vivifiant amour entre humains, opposés à la peur qui divise, par l’unité en Christ, opposée au piège égoïste des intérêts qui divisent, la lumière de la Résurrection éclaire nos cœurs et y pénètre, comme Jésus vint, en dépit des portes fermées, au milieu de ses disciples, pour y inspirer la grâce du Saint Esprit.

 

L’Humanité contemple aujourd’hui, à nouveau, le tombeau vide ; mais contrairement à la femme venue embaumer le corps du Christ, elle ne se lamente pas et ne cherche pas Son corps en disant « je ne sais point où on l’a déposé ». En effet, l’Humanité est malheureusement indifférente au message de la Résurrection et dépourvue de la force de la foi chrétienne. Notre époque est marquée par l’absence de valeurs, la tristesse de l’âme et par un vide spirituel. L’Homme est aujourd’hui écrasé par la violence de la guerre et du terrorisme, par l’isolement et la méfiance, par l’avidité et l’ambition démesurée et futile. Dans le cœur de l’Homme, toute valeur supérieure et tout sentiment noble et divin sont continuellement étouffés. L’individu cherche la paix et le bonheur à travers des accords et des pactes imposés par d’autres en fonction d’intérêts occasionnels. Face à cette situation chaotique se dresse, seul, notre Seigneur ressuscité ; lui seul offre réellement la sérénité et la paix, laquelle doit d’abord prendre racine dans nos cœurs, tout comme l’amour du prochain. 

 

Chers enfants du Christ, bien-aimés et bénis, Africains, Arabes et Grecs de toute la terre d’Afrique,

 

Depuis la Grande Cité d’Alexandrie, je demeure spirituellement à vos côtés. EN élevant le cierge de la Résurrection, je vous souhaite de tout cœur que la Lumière Sainte soit toujours présente dans vos cœurs et qu’elle guide vos âmes pour penser le bien, vos lèvres pour prêcher l’amour de Dieu et vos actes pour aider et soulager toute personne souffrante ou dans le besoin.

 

En vérité, le Seigneur est ressuscité !

 

THÉODORE II D’ALEXANDRIE

 

En la Grande Cité

d'Alexandrie

en ce Dimanche de Pâques 2006